Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE BLOG DE CYEK

Pierre Tankam, victime de sa trop grande probité à la tête de l'aéronautique camerounaise ?

2 Novembre 2010, 10:17am

Publié par Cyrille Ekwalla via P.C. Atangana (Mutations)

pierre-takam.jpgUn rapport d’audit sur la gestion 2009 serait à l’origine de la discorde entre Pierre Tankam, ses collaborateurs et le conseil d’administration.

Sur les ondes de la Crtv radio jeudi dernier, un communiqué du conseil d’administration de l’Autorité aéronautique (Ccaa) annonce qu’à l’unanimité, les membres du conseil ont décidé de suspendre le directeur général (Dg) de ses fonctions. Sans indiquer officiellement les raisons de cet acte qui met à l’écart Pierre Tankam, le Dg qui a pourtant une voix délibérative au conseil d’administration, le communiqué précise que pendant cette période, l’intérim sera assuré par le directeur général adjoint Mamadou Allabira. «Il a été mis dehors pendant que les administrateurs débattaient sur sa suspension sans avoir la possibilité de se défendre», indique une source sous anonymat.

A l’Autorité aéronautique, pour expliquer cette suspension, l’on invoque l’atmosphère tendue et lourde qui avait gagné la maison à l’arrivée du nouveau Dg. Selon des sources sous anonymat pour des raisons évidentes, «le Dg était devenu un frein à la crédibilité et à l’essor de cet organisme en raison d’une gérance chaotique arbitraire et anti-déontologique.» Ce qui a eu pour effet, selon des cadres de l’entreprise, d’entraîner «une réelle crise de collaboration entre le Dg et son adjoint.» Mais un autre son de cloche en provenance d’autres employés de la maison qui situent le début de la crise à l’initiative prise par le nouveau Dg de voir plus clair sur les avantages du conseil d’administration, certains privilèges de certains responsables ainsi que les nominations et les recrutements de certains personnels sur qui de lourds soupçons de faux diplômes pesaient.

C’est ce qui avait débouché sur les blocages du conseil d’administration d’avril dernier, mais qui n’avait nullement découragé Pierre Tankam. Sur la base des contrôles diligentés par le Dg lui-même au sein de l’entreprise, des agents seront interpellés pour malversations diverses : Léopold Ongodo, caissier principal de l’entreprise, est aujourd’hui en détention préventive pour détournement présumé de 500 millions de Fcfa sur la base de factures fictives. Le dossier reste pendant devant le tribunal de Grande Instance du Mfoundi centre administratif. Par ailleurs, deux agents de la représentation de Douala ont été interpellés à la même période pour détournement présumé de 130 millions de Fcfa, représentant la redevance aéroportuaire. Ils ont payé chacun une caution pour comparaître libres. La sous-directrice des affaires financières Mme Niba, aujourd’hui aux Etats-Unis, a été déposée lors du conseil d’administration du mois d’avril et a pu prendre la fuite avant que les enquêteurs ne lui mettent la main dessus.

Distraction

Au même moment, le Dg de la Ccaa saisit le cabinet d’expertise comptable Mazars, en commanditant un rapport d’audit sur l’exercice 2009. Il veut alors, selon des sources proches du dossier, faire la lumière la manière dont ont été gérés les fonds de la structure où il n’a trouvé à son arrivée que 29 millions Cfa, alors que les seuls dépôts mensuels d’une compagnie comme Air France tournent autour de 100 millions Cfa. A l’issue des investigations des auditeurs de Mazars dont le rapport a été déposé au cours du mois d’octobre dernier, les caisses de l’entreprise accusent un déficit de 4,278 milliards de Fcfa pour le seul exercice budgétaire 2009.
D’après le rapport, la distraction des fonds a pris diverses formes avec, entre autres, «Plus d’un milliard de Fcfa sur des opérations réglées par la Ccaa assortis de justificatifs entachées d’anomalies», «des retraits d’espèces pour paiement de pénalités sans preuve de perception effective des fonds par l’administration fiscale…»

Entre autres découvertes des auditeurs, «des paiements par chèques effectués par des clients au comptant en l’absence de factures», ou encore «un compte bancaire ouvert à Paris en 2001 pour le recouvrement des créances Camair dont les transactions n’ont pas été comptabilisées par la Ccaa», mais aussi «des cas de double perception de frais de mission pour la même mission sur la base de deux ordres de mission ; des opérations comptabilisées à 80 millions de Fcfa sans justificatifs.» En plus de ces révélations, les auditeurs découvrent que seuls 18 fournisseurs sur tout le portefeuille de l’entreprise, seraient corrects vis-à-vis de la société. Les autres, d’après le rapport, pratiquent la double facturation et le double paiement. Sur la base de ces éléments, le cabinet d’audit ne certifie pas les comptes de l’entreprise. «Nous ne pouvons pas certifier les comptes parce que nous ne sommes pas sûrs qu’ils sont réguliers et sincères, ni qu’ils donnent une image fidèle des opérations de l’exercice en question, de la situation financière et des réalisations au 31 décembre 2009», indique le rapport.

D’après des sources bien introduites, la révélation de ces indélicatesses présumées qui mettent en cause le prédécesseur de Pierre Tankam, Ignatus Sama Juma, n’a pas été appréciée par plusieurs cadres de l’entreprise ainsi que les membres du conseil d’administration. Mais l’un des nœuds du problème viendrait de ce que toutes les malversations révélées par le rapport d’audit, mettent en cause l’actuel Dga, Mamadou Allabira qui, à l’époque des faits, n’était autre que le directeur administratif et financier de cette entreprise publique.
Un Dga qui a établi un axe objectif avec le président du Conseil d’administration, qui n’a supporté ni la diminution de ces avantages et la mise à l’écart de personnes qu’il encadrait depuis le début au sein de l’entreprise (notamment l’attaché de Direction de toujours, mutée par le nouveau Dg mais imposée par le Pca avant qu’on ne lui créé un poste sur mesure), ni les mouvements du personnel qui venaient mettre fin à des situations de rente, ni la mise en cause de protégés des membres du conseil d’administration dont les diplômes, à la vérification, s’étaient avérés faux.
Selon une source de la gendarmerie ayant conduit les premières enquêtes et restée proche du dossier, «il est quand même incroyable que l’on suspende un Dg sans motif clairement indiqué, alors que ce monsieur a trouvé dans les caisses de l’Autorité aéronautique 29 millions Cfa et sur sa table des factures impayées de près de 700 millions, et qui laisse aujourd’hui dans les comptes de l’entreprise plus de 3 milliards Cfa que ceux qui veulent peuvent vérifier.» C’est sans doute là… les fonds du problème.

Commenter cet article

Fekou kuimo cyrille Y 11/07/2013 20:57

Je voudrais contacter P.C Atangana pour affaire concernant pierre Tankam et je préfère l’anonymat