Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE BLOG DE CYEK

Musique : Des cds piratés à la radio

15 Septembre 2010, 08:40am

Publié par Rosine Nana Motio et Carole Tono (Le Jour)

A Yaoundé, des animateurs justifient le recours à ce type de support par la surenchère des copies originales.  

Sky one, lundi 23 août 2010,  il est un plus de 10h. Le « Morning » vient de s’achever.  Avant de prendre le chemin de la ville à la recherche de nouvelles variétés qui doivent agrémenter l’édition du lendemain, Dominique Tita, le présentateur, dévoile ses sources d’approvisionnement : « J’ai recours à plusieurs procédés. Soit j’achète mes propres cds, soit j’en reçois des artistes avant leur sortie officielle. Etant donné qu’il faut diversifier les plages musicales aux antennes, je suis souvent obligé de recourir aux cds piratés vendus dans les rues de Yaoundé».

Dans les couloirs de la  Fm 94, des animateurs reconnaissent que les cds piratés sont indispensable. Alain Dexter précise pourtant que la station dispose de plusieurs  réseaux et partenariats qui les approvisionnent en supports cds : « Nous travaillons avec radio Express Hollywood qui, chaque lundi, nous fait parvenir deux cds, les dernières sorties musicales de l’étranger. Nous avons un autre partenariat de coopération avec Francophonie diffusion». A radio Tiemeni Siantou, Martin Désiré Brouta, l’animateur de «Sens interdit », une émission de variétés réservée aux musiques du terroir et de l’Occident, reconnaît que l’approvisionnement en supports magnétiques est une préoccupation pour les animateurs radio : « Je m’approvisionne chez les vendeurs de cds installés en bordure de trottoirs. Il m’arrive aussi de télécharger certaines musiques sur le net, surtout les nouvelles sorties américaines».   

Malgré les difficultés, d’autres animateurs ont choisi la voie de la légalité. Empereur Dady, animateur de « Expresso » à la radio Magic-Fm, affirme : « 60% des cds que j’utilise me proviennent des producteurs. L’administration me donne également, par moments, un coup de main ». En ce qui concerne les musiques étrangères, l’animateur confie qu’il en reçoit de certains promoteurs, à l’exemple de  Kiki Touré   et David Monso de la Côte- d’Ivoire.
A radio Reine, Stéphane Nkoulou, présentateur de « Morceau choisi », confie ses sources d’approvisionnement : « L’administration  met à ma disposition les supports que j’utilise à l’antenne.  Je suis souvent assisté dans mes choix par mes collègues techniciens, qui, dans les ordinateurs, ont des titres gravés ».   

 

 

Me Christian Dudieu Djomga : « La contrefaçon est punie d’un emprisonnement de 5 à 10 ans  »

Avocat et spécialiste de la propriété intellectuelle, il estime que seul le consentement du producteur autorise la communication d’un cd au public.

Jouer des cds piratés aux antennes d’une radio est-elle une infraction?
La loi camerounaise n’emploie pas l’expression piraterie, mais celle plus appropriée de contrefaçon.  C’est donc, en premier lieu, aux dispositions des droits voisins que nous nous en référerons. Il est vrai, aux termes de l’article 60 de la loi sur le droit d’auteur, que lorsqu’un phonogramme est mis en circulation à des fins commerciales, ni l’artiste-interprète ni le producteur ne peuvent s’opposer à sa communication directe dans un lieu public, dès lors qu’il n’est pas utilisé dans un spectacle, ni à sa télédiffusion ou à sa distribution simultanée et intégrale par câble, mais il faut retenir que cette limitation ne vaut que lorsque le phonogramme a été mis dans le commerce avec l’autorisation du producteur. Seule une mise en circulation d’un cd réalisée avec le consentement du producteur autorise la communication de ce cd au public, tandis que la communication d’un cd non autorisé, c’est-à-dire piraté, constitue une contrefaçon, telle que prévue par l’article 80 de la loi de 2000 sur le droit d’auteur et les droits voisins.  

Que risquent les animateurs et les stations de radio en diffusant des disques piratés?
La loi n° 2000/011 du 19 décembre 2000 relative au droit d’auteur et aux droits voisins est le texte qui réglemente l’utilisation des cd, lorsque le contenu de ceux-ci concerne les œuvres de l’esprit. Cette loi prévoit un emprisonnement de cinq (5) ans à dix (10) ans et une amende de 500 000 à 10 millions de Francs Cfa ou l’une de ces deux peines seulement aux auteurs de contrefaçon (piraterie). Ces peines sont doublées lorsque l’auteur de l’infraction est le cocontractant du titulaire du droit violé.  

Qu’est- ce qui peut à votre avis justifier le recours aux cds piratés plutôt qu’aux copies originales ?
On ne justifie pas une infraction. Dès qu’elle est commise, elle doit être sanctionnée. Les hommes de médias connaissent les sociétés qui distribuent les œuvres originales et peuvent dès lors les contacter pour s’en procurer. Par ailleurs, nous venons de créer à Yaoundé une Ong comprenant des spécialistes en droit d’auteur, des avocats et des hommes de médias, en vue d’endiguer, à défaut d’éradiquer, ce genre de phénomène.

Commenter cet article