Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE BLOG DE CYEK

Epervier-Albatros : vers l'arrestation de Yves-Michel Fotso ?

8 Novembre 2010, 15:56pm

Publié par Cyrille Ekwalla

Selon le site Kaï Walaï, l'homme d'affaires camerounais Yves Michel Fotso serait entendu depuis ce matin (lundi 8 novembre) par les limiers de la  police judiciaire de Douala.

L'interrogatoire de YMF survient après le "siège" de son YMFotso1.jpgdomicile sis au quartier Bali à Douala, jeudi dernier 4 novembre. Un "siège" auquel ont pris part "trente (30) policiers en civil et en tenue" selon le quotidien Le Jour. Selon un des enquêteurs sous anonymat, après de longues heures de négociations, d'intimidations et de multiples échanges téléphoniques de part et d'autre, le milliardaire Yves Michel Fotso a finalement consenti à remettre son passeport aux autorités, objet de cette descente muscée et surréaliste à son domicile, ce jeudi matin. En outre, il lui aurait été notifié de ne pas sortir de la ville de Douala, sans autorisation préalable des autorités policières. C'était sans doute en prévision de la convocation qui lui a été mise durant le week-end, lui intimant l'orde de se rendre à la PJ ce lundi matin.

Une autre source au Ministère de la Justice nous apprend que "...des dispositions particulères ont été prises à Yaoundé" où on "attendrait Yves Michel Fotso". Ce qui laisse suposer que le fils de Fotso Victor, devrait être transféré sous peu vers la capitale pour être déféré devant la justice. 

Rappelons-là qu'il s'agit de la seconde interpellation de YMF pour être entendu par la police judiciaire au sujet de "l'affaire Albatros", l'achat d'un avion présidentiel, avec des transactions alambiquées. Une affaire pour laquelle le casting des mis en cause, témoins et autres parties prenantes est tout simplement impressionnant : Yves Michel Fotso, Atangana Mebara (ancien SG de la Présidence), Marafa Hamidou (ancien SG de la Présidence, actuel Ministre d'Etat en charge de l'Administration territoriale et de la Décentralisation), Chief Inoni Ephraïm (ancien Premier Ministre), etc... 

avoir lu intégralement la convocation adressée à Fotso, Tchienehom a relaté, avec passion, les péripéties de la fin de semaine dernière devant le domicile d'Yves Michel Fotso, au cours desquelles la police a tenté de prendre le passeport de l'hommes d'affaires " au moment où ce dernier tente de redresser son groupe et qu'il s'appretait à rencontrer d'importants partenaires étrangers avec lesquels il est en négociation très avancée". Pour conclure sa plaidoirie, Tchienehom a asséné : "Des réseaux haineux et tribaux seraient prêts à empêcher par tous les moyens, Yves Michel Fotso de reprendre les rênes de son groupe. Pourquoi un tel acharnement contre un capitaine d'industrie qui paie, à coups de milliards, ses impôts. Pourquoi une telle violation de droits de l'homme contre un homme qui ne demande qu'à se consacrer à l'oeuvre de sa vie. A cause de cet archarnement, monsieur Fotso est en train de démanteler son groupe, en vendant, l'une après l'autre, ses sociétés".

La question, au centre de toutes les discussions : cette fois-ci, Yves Michel Fotso va -t-il être écroué ou remis en liberté ? Sujet délicat et sensible, la passion n'est pas loin lorsqu'on parle de ce manager-héritier de la plus grosse fortune camerounaise. À l'exemple du journaliste-chroniqueur Jean-Vincent Tchienehom, comme le rapporte Kaï Walaï. Dans sa chronique diffusée ce lundi matin, sur radio Equinoxe, JVT a accusé le pouvoir d'empêcher un homme d'affaires, qui emploie des milliers de camerounais et qui paie ses impôts, de faire librement son travail. Toujours selon le site Kaï Walaï, le chroniqueur Jean-Vncent Tchinehom, après 

Comme on dit, c'est une affaire à suivre !

 

 

 

 

 

."

Commenter cet article