Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE BLOG DE CYEK

Cameroun : un champ politique miné

30 Août 2010, 08:59am

Publié par Suzanne Kala Lobè

SKL.jpgTous les rapports des ONG, désireuses de rendre service à l’avenir du Cameroun – du moins c’est ainsi qu’elles se présentent – n’arrêtent pas de lancer des signaux d’alarme : le pays va mal et les scénarios, pour l’an 2011, sont au plus alarmants sinon désespérants,  si le Rdpc ne fait pas ceci ou cela.
En somme, tout se passe comme si la donne incontournable du changement ne passait que par des réformes, refontes ou révisions  à n’engager qu’au sein du Rdpc. Il tiendrait le pays, comme jamais, et c’est par lui qu’il faut passer pour créer le déclic... En somme l’opinion semble être  plus ou moins conditionnée au fait que seul le Rdpc, demain réformé, révisé  ou refondé, pourrait gouverner  le pays si... Mais comment en sommes-nous arrivés   là ? Comment expliquer ce qui pourrait laisser penser à un pragmatisme, loin  des déclarations, incantations incendiaires de l’opposition, nous ramenant à une réalité  du rapport des forces.

Au fond que se passe-t-il dans le champ politique camerounais, un  an avant l’élection présidentielle ? Et que représente cette élection en définitive dans le cursus politique du Cameroun ? Qui  a accès, pour  quoi faire ?

Si ces questions sont posées, c’est que l’actualité politique s’est enlisée dans le suivi des tribulations du Rdpc, sans que  rien  de bon  ne  sorte de ce suivi. Sinon on apprend que les militants du Rdpc, revendiquent leur  droit aux postes et aux responsabilités. Qu’ils seraient les seuls légitimés à revendiquer les bienfaits du Rdpc. Que René Sadi fasse la tournée par région des membres du Comité Central, tout de suite la presse fait des essais de prospective en essayant de faire croire que le jaune n’est pas jaune et que le vert est rouge. Car toute la presse s’est mise en émoi, en essayant de laisser croire que cette consultation résulterait d’un agenda personnel des dauphins putatifs, dont René Sadi  ne serait qu’un des modèles. Ou parangons ! Ou encore ces concertations seraient une autre manière de donner la parole à ceux qui ne sont pas encore repris de justice, qui ne sont pas des nantis, ni des prescrits, pour laisser croire que l’on veut bien entendre tout le monde. Mais en tout cas le mouvement du Rdpc, a été à la une des journaux comme si  chacun se sentait responsable des heurts et malheurs de ce parti  gouvernemental qui a déjà fait son temps. Et a pris tout son temps.

Quant aux querelles internes, on sait que  conformément aux statuts du "R." Les membres du Comité Central sont élus par le Congrès. Lequel congrès ne se tient  que de manière exceptionnelle,  à la veille d’une élection présidentielle. Et  lorsque l’on connait le fonctionnement des partis, on peut subodorer la manière dont le bloc dirigeant est capable de verrouiller. Mais que font-ils du contexte de la révision  constitutionnelle  où  le chef  de l’Etat  lui-même  a accepté une prorogation de sa capacité à prétendre à se présenter à une élection ? Que peuvent-ils contre cette machine ? Eux qui ont été cooptés, recommandés ou élus, grâce aux prébendes que leur laissait le Chef de l’Etat ? Oui que font-ils des ambitions personnelles d’un Chef qui a été  dès son ascension plus ou moins méprisé, voire négligé par la classe politique mais qui aujourd’hui peut prendre sa revanche ? Que font-ils de cet égo ultra dimensionné à la  François Mitterrand, pour croire que la suite du Cameroun, se déroulera “normalement”‘?

 Certes, ils n’ont pas tort de tenter des hypothèses mais franchement  où allons-nous ? Alors que les deux tiers des cadres du Rdpc, sont phagocytés par le présidentialisme du Roi, et ses pratiques de suzerain, la Cour - comme la nomme Roberto Michels - a-t-elle une marge de manœuvre personnelle ? Il va de soi que non. La preuve par René Sadi! sans doute pour essayer d’accéder à une cohésion après la multitudes des mémorandums identitaires suivis d’appels du peuple tout aussi utilitaires, le registre pour comprendre la voie de militants et du Rdpc, est totalement brouillé , à cause de leur dépendance au système clientéliste.

En  tout cas à voir les sorites et agitations des uns et des autres, il est clair  que le Rdpc est bien  un parti de cadres, de masse et élitiste. Au sens de la typologie de Maurice Duverger : c’est-à-dire une technostructure, formée à conserver le pouvoir sans l’avoir conquis dans une compétition électorale mais en exerçant le monopole coercitif, de l’Etat, incapable d’insuffler en son sein, une quelconque vie démocratique.

Ces atavismes sont consubstantiels aux formations politiques très ancrées dans les pratiques  du Rdpc en particulier du fait de son statut  hégémonique jusqu’à ce jour.

En  somme tout se passe comme si l’actualité politique accrochée aux déboires et turpitudes du Rdpc, n’avaient  rien d’autre à se mettre sous la dent que d’analyser, d’évaluer les faits et méfaits de ce parti-là, que se conduit parfaitement comme le décrivit  hier  Maurice Duverger, dans son  ouvrage “les partis politiques” : un parti d’élite, de cadres  et de masse. Dans cette classification Maurice Duverger soulignait combien  toute logique de parti unique consistait à annihiler la valeur démocratique de la concertation pour installer système de cooptation ou autre centralisme démocratique, qui garantisse l’assujettissement des  membres et de la base ! Un système clientéliste  qui garantit  la pérennité d’un type de dirigeants au sommet du parti. Car sous des formes apparemment démocratiques, les directions des partis, quelles qu’elles  soient sont plus ou moins verrouillées et fermées. Le cas de l’Upc est un exemple patent de cette impossibilité des factions ou nouveaux courants à prendre la tête du mouvement. Même si  le cas du Ps en France un véritable cas d’école, lié au contexte!, il y a toujours une difficulté des “ nouveaux” à prendre les commande du parti : cas de Ségolène Royal contre Martine Aubry. Oui rien n’est simple dans le champ politique, qui est miné par le jeu et le rôle des acteurs qui se télescopent à plusieurs niveaux ! Ils sont l’expression de la volonté  d’une diversité d’opinion résultat d’un système inégalitaire qui laisse beaucoup de gens sur le carreau et fait des partis politiques des lieux de promotion sociale, au-delà des ambitions idéologiques affichées. Ils sont l’expression certes du suffrage universel, mais ils reprennent dans leur fonctionnement les hiérarchies féodales, républicaines ou démocratiques en cours dans la société.

Si l’actualité , telle qu’elle a été retenu dans la presse a fait référence aux consultations de René Sadi amenant certains de nos confrères à singulariser la méthode Sadi, jusqu’à le présenter comme dauphin putatif  en même temps que  Marafa  Hamidou Yaya, actuel ministre d’Etat chargé de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, c’est tout simplement que parfois, la presse camerounaise s’est laissée piégée par les logiques partisanes et  par la  manipulation des hommes de pouvoir : qu’ils soient en ordre de bataille pour le conserver ou encore pour le conquérir. Mais au fond où en est la situation des forces politiques au Cameroun à la veille d’une élection que d’aucun s’attachent à considérer comme fondamentale pour l’avenir du Cameroun ? En quoi les tribulations du Rdpc intéressent-elles le Cameroun et quelles peuvent être les conséquences de la tenue ou non d’un congrès du Rdpc pour le Cameroun tout entier ?

En  réalité  la manière dont se dessinent les rapports de forces au Cameroun, seraient de nature à inquiéter plus d’un observateur. Les rapports alarmants du Ccfd, quant à des scénarios catastrophes,  indiquent que les observateurs ont pris la mesure  de l’absence de riposte conséquente face au Rdpc et de stratégie. Ils préfèrent donc préconiser des voies de réformes au Rdpc, alors que c’est un parti qui peut mourir du jour au lendemain, si tant est que ses adversaires sont un peu organisés. En  prétendant mettre en garde les autorités politiques pour leur indiquer la marche  à suivre  ces rapports condamnent d’une certaine manière la société civile camerounaise en même temps que l’opposition.

En d’autres  termes, ces rapports mettent en en exergue le fait que le mouvement social n’a pas pu être assez animé, dynamique  et fort pour imposer des réformes, refonte ou révision de la gouvernance. Ils n’en appellent qu’à la magnanimité de ceux qui sont au pouvoir ! Comme s’il était possible à celui qui a le pouvoir de se débarrasser de ses prérogatives.

Commenter cet article