Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE BLOG DE CYEK

Bernard Njonga : "Le monde rural se sent abandonné"

30 Novembre 2010, 11:54am

Publié par Cyrille Ekwalla

Bernard-Njonga.jpgLes rumeurs sur le report du Comice agro-pastoral 2010 à Ebolowa se font plus persistantes depuis quelques semaines. Malgré Bernard Njonga, Président de l'ACDIC (Association Citoyennes de Défense des Intérêts Collectifs), une organisation de défense des intérêts du monde rural camerounais ne baisse pour autant pas les bras et continue à se donner corps et âme pour être prêt le jour J. Il répond ici à quelques unes de mes questions.

Bernard Njonga, à quelques semaines du Comice agro-pastoral, on entend plus parler des chantiers de construction pas terminés, de la cotisation de Paul Biya ou encore des derniers réglages de AES Sonel que des principaux exposants. Qu’en est-il des paysans camerounais : agriculteurs, éleveurs, etc… ?

C’est dommage que des préoccupations autres  prennent le dessus sur le monde agropastoral quand on parle de comice. Prenons acte qu’une fois de plus, le milieu urbain prend le dessus sur le monde rural.  Heureusement qu’à quelques semaines, le décor pour la tenue du comice est presque planté. Les 1200 producteurs qui auront à exposer et concourir sur divers ring ont déjà étaient choisis et attendent que la fête commence.  J’étais hier (ndla : 26 novembre 2010) encore à Ebolowa pour le constater. Espérons simplement que le déroulement et les retombées seront à la hauteur des attentes ou tout au moins de nature à stimuler l’essor du monde rural comme l’avait énoncé le chef de l’Etat. Sur ce plan, nous verrons bien si la Montagne aura accouché d’une sourie ou le contraire.

Il y a quelque temps, vous déclariez que ce Comice ne serait pas prêt. Faisiez-vous allusion aux infrastructures ou aux exposants ?

Nous disions qu’il fallait reporter le comice pour la simple raison que la date précise n’était pas connue et  les exposants - surtout les producteurs n’avaient pas assez de temps pour s’apprêter et donner à voir le meilleur de leurs productions et le meilleur du potentiel national.  

Un pays qui importe pour près de 550 milliards Fcfa de denrées alimentaires soit près de 1/5 de son budget national, pet-il se targuer d’être un pays agricole et de prétendre, exposer et présenter au reste du monde sa richesse agricole. Quelle est-elle cette richesse agro-pastorale qui sera présente à Ebolowa ?

Ce n’est pas parce qu’on néglige l’agriculture  et importe pour plus de 550 milliards de denrées alimentaires au Cameroun que  ce pays est moins agricole. Le Cameroun reste un pays naturellement très riche avec ses écosystèmes diversifiés. Je ne dois pas vous étonner si je vous disais que le comice agropastoral d’Ebolowa aura le mérite de trahir et de confirmer cette richesse. Car à ce comice, on offrira à voir des produits tels que les plantains et autres ignames qui n’ont pas été spécialement mise en champs en vue du comice, étant  donné le délai  de préparation court, des produits néanmoins impressionnants issus de la production en temps normal. 

Le comice –cette grande Foire agricole-, qu’on aurait souhaité annuel, biannuel, quinquennal est devenu un événement ponctuel et dont l’organisation semble chaotique.  On ne doit pas seulement y présenter les chèvres, les ignames etc…C’est aussi l’occasion de faire le bilan, jeter les prospectives… Que dire du monde rural camerounais aujourd’hui dans son développement, mais aussi dans un contexte de libre-concurrence «sauvage », appelé mondialisation ?

Nous sommes d’accord pour dire qu’un an, c’est peu pour organiser un bon comice. Nous sommes aussi d’accord pour dire que le comice c’est non seulement le lieu où les producteurs doivent faire montre de leurs savoirs faire et savoirs être mais aussi le lieu où se prennent de grandes décisions devant influencer le développement rural.  Ceci est d’autant plus attendu du comice d’Ebolowa que le monde rural camerounais semble abandonné à son propre sort et laissé mourir à petit feu sous les méfaits des importations massives de denrées alimentaire qui obstruent les possibilités de développement du secteur rural.  Il est de plus en plus connu et admis que nos agricultures peu performantes et non compétitives sont incapables de supporter le jeu de l’économie libérale.

Êtes-vous satisfait de l’enveloppe budgétaire allouée au Minader pour l’exercice budgétaire 2011 ? 

71 milliards de FCFA c’est l’enveloppe accordée au Minader pour 2011. Une augmentation substantielle par rapport à l’année passée (60 milliards). Personnellement, la grandeur de  l’enveloppe budgétaire ne m’influence pas puisque les problèmes de notre agriculture sont d’abord ceux du manque d’idées, d’imagination et de vision avant d’être financier. A quoi servirait un budget en augmentation si on ne résout pas d’abord  le problème de corruption et autres mauvaises gouvernances qui ont fait leur lit au Minader ? Si non contribué à entretenir ces fléaux ?  On ne soignera jamais l’agriculture camerounaise tant qu’on n’aura pas soigné la Minader de ses maladies que j’ai citées : Corruption, gabegie, clientélisme, intéressement, détournement, navigation à vue, laxisme, fonctionnariat…etc.

Commenter cet article

Ayité 03/12/2010 11:30


Non monsieur Njonga! Vous me rappelez toujours les syndicalistes. Vous ne pouvez insinuer que le monde rural est abandonné, à quelques jours d'un évènement aussi important que le comice
agropastoral et où le chef de l'état s'y est personnellement investit, pour valoriser le monde rural et agricole. peut-être tout n'est pas parfait, mais reconnaissez les efforts fournit par le
gouvernement de la République.